CorinneLepage.jpgL'industrie nucléaire est arrivée à tuer dans l'œuf tout développement massif des ENr, empêchant toute filière nationale puissante de voir le jour. Non seulement la France sera dans l'impossibilité de respecter son objectif de 23% d'ENR en 2020, s'exposant à des sanctions financières, mais encore, elle perd chaque jour un peu plus la possibilité de créer et développer ses entreprises dans les ENR.
Les ENR sont condamnées à rester anecdotiques en France parce que le choix nucléaire exclut toute autre solution.
Les investissements en RD se font toujours massivement dans le nucléaire (ITER, ASTRID) et non dans les technologies indispensables que sont le stockage de l'énergie, le développement des éoliennes d'une nouvelle génération, ou les progrès dans le solaire.

lire l'article du Huffington post

Note de CoopEoliennes
Les éoliennes de nouvelle génération sont en effet mieux adaptées aux vents modérés. Cela passe simplement par une augmentation du diamètre des rotors (la production augmente en proportion de la surface balayée soit le carré du diamètre) . Les constructeurs améliorent aussi le profil des pales et le rendement des alternateurs. On peut également, comme en Allemagne, augmenter la hauteur des mâts: la production progresse de 0.6% par mètre et des mâts de 150 mètres sont maintenant disponibles. Ces adaptations sont accompagnées généralement par une diminution de la puissance crête, les rotors tournant moins vite. Le facteur de charge augmente alors considérablement comme le montre ce tableau comparatif

L'objectif 2020 étant fixé par la loi en terme de puissance crête, la production d'électricité éoliennes en 2020 devrait être bien supérieure aux prévisions basés sur la production moyenne des années antérieures (comme dans l'étude récemment publiée par FEE: Hypothèses de modélisation p35 du rapport).