le blog de CoopEoliennes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 10 octobre 2016

Corinne Lepage: L'entêtement sur le nucléaire nous pousse à la catastrophe

CorinneLepage.jpgSur son blog du Huffingtonpost.fr , l'ancienne ministre de l'Environnement, Corinne Lepage dénonce un choix catastrophique sur le plan financier, économique et technologique.

La catastrophe est d'abord financière. Au terme d'un marchandage dont le contenu nous a bien entendu été caché, Madame May a finalement accepté de signer pour Hinkley Point, avec un certain nombre de réserves qui n'ont évidemment pas davantage été rendues publiques. Certains députés européens évoquent un appui de la France au Royaume-Uni pour que celui-ci conserve, dans le cadre du Brexit, tous les avantages pour la City (ce qui serait évidemment, si c'était vrai, une trahison au regard des intérêts français et européens)

mais aussi économique. La Programmation Pluriannuelle de l'Energie que la ministre de l'écologie vient de mettre en consultation est un modèle de communication pour tenter de dissimuler le maintien d'un choix du tout nucléaire, incompatible même avec le 50 % de nucléaire en 2025...
L'absence d'une grande filière française du renouvelable est un choix énergétique qui fera à terme de notre pays un de ceux où l'énergie coûte le plus cher.

Lire l'article de Corinne Lepage

lundi, 18 avril 2016

L'irrationnel comme alpha et oméga de la politique nucléaire !

CorinneLepage.jpgSur son blog du Huffingtonpost.fr , l'ancienne ministre de l'Environnement, Corinne Lepage dénonce un choix totalement irrationnel sur le plan industriel et économique, pour sauver l'amour-propre du Corps des Mines qui ne peut se tromper.
Au nom de la toute-puissance et de la toute-compétence de ce corps d'élite, la France tourne délibérément le dos à la transition énergétique, à l'efficacité énergétique, aux EnR et à tous les marchés qui se développent de manière exponentielle partout dans le monde... sauf en France.

Il est totalement faux, et l'expérience le prouve, de prétendre que l'on va développer le renouvelable en maintenant le même niveau de nucléaire. La consommation d'électricité stagne et par voie de conséquence si le nucléaire reste au même niveau, le renouvelable ne peut pas se développer.
Nous faisons donc le choix du passé, de l'énergie la plus coûteuse, de la perte d'emplois assurée.... Et surtout du risque maximum.

Lire l'article de Corinne Lepage

et la suite de l'article de Corinne Lepage

mercredi, 17 février 2016

Electricité de France et la loi de transition énergétique !

Nucleaire.jpg

En dépit des décisions affichées par la loi de transition énergétique, EDF, "Etat dans l'état", persiste à vouloir gérer à sa façon l'avenir énergétique de la France.

Mais Electricité de France, considérée encore il y a peu comme un fleuron industriel est en pleine déconfiture. Depuis 2008, la valeur de l’action EDF dont l’Etat détient 84,5% a été divisée par 8,5 de 86€ à 10 € ;(une perte de valeur de plus de 136 milliards en 7 ans) : une évolution qui exprime les doutes qu’éprouvent les autres actionnaires que l’Etat (dont le personnel) quant à l’avenir à court et moyen terme de l’entreprise.

lire l'article de Benjamin DESSUS, Ingénieur et économiste, Président de l’association Global Chance, sur le blog de Mediapart

vendredi, 30 octobre 2015

Le nucléaire ne sauvera pas le climat !

Le prochain sommet sur le climat (COP21) aura lieu à Paris à la fin de l’année. Les défenseurs du nucléaire comptent en profiter pour le présenter, dans une campagne publicitaire, comme une solution au changement climatique.

Le réseau "Sortir du nucléaire" a déposé plainte auprès du Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) contre EDF qui, dans sa publicité "EDF partenaire officiel d’un monde bas carbone", prétend produire "98 % d’électricité sans CO2" en France, ce qui est un mensonge pur et simple.
Craignant que la décision du JDP lui soit défavorable, EDF panique et demande le report de l’audience... après la COP21 !
Ne les laissons pas faire !

Signez la pétition

lundi, 6 juillet 2015

l'Autriche a porté plainte contre l'EPR britannique

Nucleaire.jpgLe gouvernement autrichien a annoncé avoir porté plainte lundi devant la justice européenne contre le subventionnement par Londres d'un projet de construction d'une centrale nucléaire de type EPR à Hinkley Point, au Royaume-Uni.

"Les subventions sont là pour soutenir des technologies modernes et innovantes qui servent l'intérêt général de tous les Etats membres de l'UE. Cela ne s'applique en aucun cas à l'énergie nucléaire", a souligné le chancelier Werner Faymann dans un communiqué.
En pratique, Vienne conteste l'octroi par Londres d'un prix garanti élevé (12 centimes d'Euros par kWh) pendant 35 ans pour l'électricité produite par la future centrale, une disposition avalisée par Bruxelles. L'Autriche s'oppose également à une garantie de jusqu'à 17 milliards de livres apportée au projet par l'Etat britannique, ainsi qu'une clause de dédommagement en cas de fermeture anticipée de l'installation.

lire l'article de Romandie.com

mercredi, 25 février 2015

Vers 50% d'électricité nucléaire en France: l'objectif 2025 effacé par le sénat

Corinne LepageCorinne Lepage, députée européenne Cap21, ancienne ministre de l'Environnement du gouvernement Chirac, dénonce l'offensive du lobby nucléaire pour vider de son contenu la loi de transition énergétique actuellement en cours de discussion au parlement.

"L'industrie nucléaire et ses amis puissants et nombreux n'ont eu de cesse depuis 20 ans que de favoriser le chauffage électrique qui est l'antithèse exacte de l'efficacité énergétique, de rendre ubuesque le développement de l'éolien terrestre, et de détruire la filière solaire."
"c'est une révolution dont on a besoin qui implique la réduction massive de la part du nucléaire dans le bouquet énergétique, solution qu'à l'évidence ni le gouvernement ni le Parlement n'envisagent. Heureusement, les initiatives citoyennes se multiplient sur le territoire"

Lire l'article de Corinne Lepage sur le Huffingtonpost

et, pour illustrer "l'excellence française", un article sur le Fukushima d'AREVA

mercredi, 16 juillet 2014

La transition énergétique selon AREVA

areva.jpgSelon Luc Oursel, Président d'AREVA:

"A long terme, le nucléaire va continuer à se développer, car il a des avantages bien connus : des prix bas de production, la sécurité d'approvisionnement et de faibles émissions de CO2."

"Avec une croissance soutenue de la consommation d’électricité dans les années à venir, nous devrions pouvoir éviter de fermer des centrales."

Mais en attendant la reprise il faut stopper le développement des énergies renouvelables, (sauf l'offshore qui coute très cher mais intéresse les actionnaires d'AREVA)

lire l'interview réalisée par Challenges.fr

mercredi, 28 mai 2014

Facture du nucléaire : l'alerte de la Cour des comptes

Cout_nucleaire.png

Alerte, dérapage ! La Cour des comptes a rendu public, mardi 27 mai, un rapport très attendu sur les coûts de la filière

lire l'article de "Le Monde.fr"

samedi, 1 février 2014

EPR britanniques: enquête de la commission européenne

Reacteur_UK.jpgLa Commission européenne à ouvert, le 18 décembre 2013, une enquête "pour aide d’Etat" dans le cadre du projet de construction de deux EPR par EDF à Hinkley Point en Angleterre.

Le contrat entre EDF et l'état prévoit un prix garanti, pendant 35 ans, de l’électricité à 92,50 livres le Mégawattheure, soit 109€/MWh (10,9 centimes d'Euro par KWh). L’indexation des prix de l’électricité sur l’inflation porterait le prix garanti à 279 livres/MWh en 2058 soit 340€/MWh (34 centimes d'Euro par KWh).

Rappelons que le prix d'achat, garanti pendant seulement 10 ans, pour l'éolien terrestre est de 82 € par mégawatt-heure (8,2 centimes d'Euro par KWh).

lire l'article des echos.fr

dimanche, 13 octobre 2013

EDF et le Royaume-Uni proches d'un accord sur deux réacteurs EPR ?

Reacteur_UK.jpgEDF et le gouvernement britannique seraient proches d'un accord devant déboucher sur la construction et l'exploitation de deux réacteurs nucléaires de type EPR dans l'ouest de l'Angleterre, rapporte le Wall Street Journal.
Le montant du contrat atteindrait 14 milliards de livres soit 16,5 milliards d'euros pour deux réacteurs EPR type Flamanville.
Le groupe français et le gouvernement britannique ont ouvert de délicates discussions financières sur ce sujet, EDF ne souhaitant pas s'engager sans garantie sur la rentabilité du projet.

lire l'article du Monde de l'économie

Contacté par l'AFP, EDF n'a pas souhaité commenter cette information et certains dénoncent une manipulation médiatique:
lire l'article de Médiapart

Les chiffres évoqués pour ce contrat éclairent sur la réalité du coût de l'électricité nucléaire: EDF réclame un prix garanti pendant 35 ans d'environ 95 livres soit 112 € le mégawatt-heure.
Rappelons que le prix d'achat, garanti pendant 10 ans, pour l'éolien terrestre est de 82 € le mégawatt-heure.
Ce tarif est pourtant considéré comme excessif par les grands groupes énergétiques, comme GDF-Suez  qui en demande la suppression (lire l'article de Boursier.com)

jeudi, 21 février 2013

Corine Lepage: "Le nucléaire est en train de ruiner la France"

CorinneLepage.jpgL'industrie nucléaire est arrivée à tuer dans l'œuf tout développement massif des ENr, empêchant toute filière nationale puissante de voir le jour. Non seulement la France sera dans l'impossibilité de respecter son objectif de 23% d'ENR en 2020, s'exposant à des sanctions financières, mais encore, elle perd chaque jour un peu plus la possibilité de créer et développer ses entreprises dans les ENR.
Les ENR sont condamnées à rester anecdotiques en France parce que le choix nucléaire exclut toute autre solution.
Les investissements en RD se font toujours massivement dans le nucléaire (ITER, ASTRID) et non dans les technologies indispensables que sont le stockage de l'énergie, le développement des éoliennes d'une nouvelle génération, ou les progrès dans le solaire.

lire l'article du Huffington post

Note de CoopEoliennes
Les éoliennes de nouvelle génération sont en effet mieux adaptées aux vents modérés. Cela passe simplement par une augmentation du diamètre des rotors (la production augmente en proportion de la surface balayée soit le carré du diamètre) . Les constructeurs améliorent aussi le profil des pales et le rendement des alternateurs. On peut également, comme en Allemagne, augmenter la hauteur des mâts: la production progresse de 0.6% par mètre et des mâts de 150 mètres sont maintenant disponibles. Ces adaptations sont accompagnées généralement par une diminution de la puissance crête, les rotors tournant moins vite. Le facteur de charge augmente alors considérablement comme le montre ce tableau comparatif

L'objectif 2020 étant fixé par la loi en terme de puissance crête, la production d'électricité éoliennes en 2020 devrait être bien supérieure aux prévisions basés sur la production moyenne des années antérieures (comme dans l'étude récemment publiée par FEE: Hypothèses de modélisation p35 du rapport).

mardi, 4 décembre 2012

EPR, nouveau surcoût pour Flamanville !

12-11-10_EPR_Flamanville.jpgEDF vient d'annoncer que la construction de l’EPR de Flamanville coûterait 8,5 milliards d’euros.

EDF vient de relever à nouveau, de 2 milliards d’euros, le coût de ce réacteur nucléaire. Le groupe justifie cette nouvelle hausse par "l’évolution du design de la chaudière nucléaire, des études d’ingénierie supplémentaires, la prise en compte des nouvelles exigences en matière de sécurité après la catastrophe de Fukushima".

En 2005, le coût était évalué à 3,3 milliards d’euros. Le coût complet de production atteindrait 105€ par MWh, à comparer au prix de 82€ par MWh pour l'éolien terrestre.

EDF, et la ministre Delphine Batho, confirment la prévision de démarrage en 2016. Une prévision à laquelle aucun salarié des entreprises travaillant sur le chantier ne croit un instant. (la photo représente l'état actuel du chantier)

lire l'article de Ouest-France et celui de la Tribune.fr

mise à jour le 6/12: Enel quitte l'EPR de Flamanville.
Le groupe italien Enel a annoncé mardi soir son retrait du projet de construction de l'EPR de Flamanville. Enel, qui participait à hauteur de 12,5% à ce projet, a précisé qu'il serait dédommagé à hauteur d'environ 613 millions d'euros afin de compenser ses investissements déjà engagés, soulignant toutefois qu'il restait présent en France.

lundi, 13 février 2012

Global Chance: La manipulation nucléaire !

GC.png

La publication par les services du ministre de l’industrie Eric Besson d’un petit document de 7 pages intitulé « Enseignements préliminaires du rapport « Energies 2050 », met en évidence la tentative de manipulation grossière de l’opinion mise en place par le Gouvernement avec l’aide (volontaire ou non) de la Commission Energies 2050.

lire le communiqué de Global Chance et l'article de Benjamin Dessus sur Médiapart

mardi, 31 janvier 2012

Michèle Rivasi: "l'éolien est compétitif avec le nucléaire"

Michele_Rivasi.jpg

Michèle Rivasi, député européenne, réagit à la publication du rapport de la Cour des comptes sur le nucléaire.

Le prix du Mégawattheure est réévalué à la fois pour le parc existant, où il passe de 42 à 50 euros, et pour les EPR, où il double pour se situer entre 70 et 90 euros. Cette réévaluation de la filière nucléaire la situe à un niveau de coût comparable à l'énergie éolienne. Or, on n'a jamais cessé de nous dire que celle-ci était trop chère. On voit maintenant que ce n'est pas vrai.

La preuve est faite que l'éolien est compétitif. En plus, avec cette énergie, les problèmes du stockage des déchets et du démantèlement des installations ne se posent pas.

lire l'article de Les Echos

Coopeoliennes: on notera que la Cour des Comptes n'évoque même pas l'hypothèse d'une réduction de la consommation, qui pourrait atteindre 45% d'après le dernier scénario Négawatts, si une volonté politique réelle existait.

dimanche, 8 janvier 2012

Bernard Laponche nous parle des risques nucléaires.

bernard_laponche_1.jpgBernard Laponche, entré au Commissariat à l'énergie atomique à sa sortie de Polytechnique, se sent de moins en moins seul à penser que l'industrie nucléaire est trop risquée et qu'au nom de la simple comparaison entre les risques qu'elle nous fait courir et les bénéfices qu'elle nous procure il vaudrait mieux s'en passer.

Bernard Laponche est vice-président de Global Chance et administrateur de l'association Energie Partagée qui propose aux citoyens de participer financièrement au développement de projets ambitieux dans les énergies renouvelables.

lire l'article de Rue 89

jeudi, 29 décembre 2011

Y aura-t-il du nucléaire au réveillon ?

Guide_GP.jpgOn apprenait mardi dans un article publié par Mediapart qu’EDF demande à ses cadres de présenter, avant le 31 décembre, à tous les agents, pendant une heure, une note sous la forme d’un PowerPoint sur “quel débat sur le nucléaire après Fukushima?”. Mediapart raconte : un représentant de la direction et une personne du service de communication viennent devant chaque équipe “pour expliquer ce que nous devons dire à l’extérieur et dans nos familles“, raconte un agent, selon qui “on sert d’ambassadeurs du nucléaire. Ils attendent qu’on en fasse l’apologie“.

GreenPeace propose des réponses à ce document dans cette présentation humoristique

samedi, 19 novembre 2011

Ce n’est pas sortir du nucléaire qui est suicidaire, mais s'entêter !

CorinneLepage.jpgDans une interview à Atlantico, Corinne Lepage réfute la "propagande" d'Henri Proglio (PDG d'EDF) à l'égard des dangers d'une sortie à 50% du nucléaire :

  • un million d’emplois seraient menacés : FAUX puisque la filière n’en compte au mieux que 110 000
  • sortir du nucléaire entraînerait une explosion des coûts : FAUX puisque le différentiel entre rester au tout nucléaire et sortir à 100 % du nucléaire n'est que de 60 milliards d'euros. (400 milliards pour rester et 460 milliards pour sortir

télécharger l'interview de Corinne Lepage

lundi, 19 septembre 2011

Siemens se retire du nucléaire !

Markteinführung der neuen getriebelosen Siemens-WindenergieanlagUn des anciens patrons de Siemens disait "le nucléaire représente 5 % de notre chiffre d’affaires et 95% de nos soucis".
Au vu du chiffre d’affaires que l’entreprise réalise déjà dans l’éolien (3,2 milliards d’euros en 2010), l’annonce de se retirer de la construction de centrales nucléaires est un symbole fort. Siemens possède près de dix usines dans le grand éolien. Ceci montre que les énergies renouvelables sont une réalité industrielle sauf … en France. Les investissements mondiaux dans les cleantechs sont aujourd’hui 4 à 5 fois supérieurs à ceux réalisés dans le nucléaire.

lire l'article de l'Usine Nouvelle

jeudi, 28 juillet 2011

Marche pour Sortir du Nucléaire

Marche_Pannece.JPGCette marche, organisée par le réseau Sortir du Nucléaire, s'est déroulée en 30 étapes du 1er au 30 juillet 2011
Les marcheurs ont suivi la Loire de Bannay, près de Sancerre, au Pellerin, en Loire-Atlantique.
A l'étape de Pannecé, le 26 juillet, au pied des éoliennes de Mésanger, la démarche éolien citoyen a été présentée aux participants.

lire les articles de l'écho d'Ancenis sur l'étape de Pannecé puis le jour suivant sur l'étape du Cellier

suivre étape par étape le journal de la marche

mercredi, 20 juillet 2011

EPR de Flamanville: nouveau retard et surcoût

Flamanville3.jpgEDF a annoncé mercredi un retard de deux ans supplémentaires sur le chantier du réacteur nucléaire de 3e génération EPR de Flamanville, dont la mise en service est désormais attendue en 2016.

Le coût total du chantier évoqué est désormais quasiment doublé par rapport aux estimations initiales, EDF évoquant dans un communiqué "un projet actualisé de l'ordre de 6 milliards d'euros", contre 3,3 milliards à l'origine.

Qui va payer la note ?

lire la dépêche de l'AFP

- page 1 de 2